Tags

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

*

*

New York  /  M. Walid al-Mouallem, vice-président du Conseil des Ministres, ministre des affaires étrangères et des expatriés, a prononcé l’allocution de la Syrie devant la 67ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies, dans laquelle il a exprimé la félicitation de la Syrie au président de l’Assemblée et à son pays, la Serbie, à l’occasion de son élection comme président de l’Assemblée pour la session actuelle.

Il a souhaité au président de l’Assemblée le succès dans ses missions de gérer les travaux de la session pour récupérer au poste du président de l’Assemblée son rôle important et neutre loin de tout agenda politique, national ou international qui viole les règles de la loi internationale et se contredit avec les efforts pour réinstaurer la sécurité et la stabilité dans le monde.

20121001-224451.jpg

Al-Mouallem a aussi souhaité au secrétaire général des Nations Unies le succès dans ses missions pour consolider les principes de la charte des Nations Unies.

Il a indiqué que des pays bien connus poursuivent l’adoption de politiques colonialistes basées sur l’hypocrisie politique dans leur traitement des crises, au lieu de contribuer au règlement des conflits régionaux et internationaux par des voies pacifiques.

Al-Mouallem a fait noter que la Syrie affronte depuis environ un an et demi  un terrorisme organisé qui avait visé les citoyens, les cadres humaines et scientifiques, les établissements nationaux et beaucoup de sites historiques antiques via des attentats terroristes, des assassinats, des massacres et des actes de vol et de sabotage, évoquant dans ce sens l’attentat terroriste survenu le 26/9/2012 à Damas et reconnu par “Jabhet al-Nosra”, l’un des bras d’al-Qaïda”. “Nous ne nous étonnons pas de l’échec du Conseil de sécurité de condamner ces attentats terroristes car nombre de ses membres soutiennent de tels actes”, a-t-il ajouté.

“Ce terrorisme soutenu par l’extérieur et accompagné d’une incitation médiatique sans précédent se base sur l’attisement d’extrémisme religieux soutenu par des pays bien connus et la facilitation de l’afflux d’armes, de fonds et de combattants via les frontières de certains pays voisins”, a-t-il indiqué

Et Al-Mouallem de s’interroger: “Est-ce que la concordance internationale sur la lutte contre le terrorisme est un engagement sérieux adopté par nos pays ou elle reste des lettres mortes?…dans quel contexte peut-on classifier la demande franche des Etats-Unis aux groupes terroristes armés de ne pas livrer leurs armes en réponse aux décrets et amnisties promulgués par la direction syrienne?”.

Al-Mouallem a indiqué que l’un des paradoxes qu’affronte la Syrie est représenté par l’encouragement des extrémistes dans des pays dans la région ou ailleurs pour se rendre en Syrie en vue d’y exécuter des actes terroristes sous le présumé “al-Djihad” en collaboration avec les terroristes de l’intérieur, soulignant que cette vérité a été corroborée par des rapports élaborés par les observateurs onusiens et arabes. “En raison de cela, la Syrie a présenté jusqu’ici des milliers de martyrs de ses fils, militaires et civils, pour défendre la sécurité de l’Etat syrien et ses citoyens face à cette campagne terroriste mondiale”, a-t-il souligné.

Al-Mouallem a affirmé que le gouvernement syrien avait appelé dès le début des événements en Syrie au dialogue, mais ces appels n’avaient pas connu aucune réponse de la part de la majorité des parties de l’opposition, faisant noter que le gouvernement avait répondu au cours des étapes de la crise à toute initiative fidèle contribuant à trouver un règlement pacifique basé sur le dialogue national entre les Syriens.

“Partant de cette position de principe et en dépit de la conviction par la direction syrienne de l’absence des intentions sincères chez certaines parties régionales et internationales qui escaladent la crise syrienne en mettant en échec toute tentative d’engager un dialogue et en insistant sur la création d’un état d’instabilité assurant la sollicitation de l’ingérence étrangère, la Syrie avait collaboré avec la mission d’observateurs arabes et les autres initiatives internationales relatives à l’action de l’émissaire spécial des Nations Unies, Kofi Annan. “La Syrie a aussi accueilli favorablement la mission d’observation onusienne en Syrie et elle l’a octroyée toute facilité concernant son déploiement en Syrie”, a-t-il fait noter.

Al-Mouallem a ajouté que la direction syrienne avait affirmé son engagement à l’application du plan de six points proposé par Annan et accueilli favorablement le communiqué de Genève qui avait souligné la nécessité d’appliquer ces points.

Al-Mouallem a affirmé que les actes des groupes terroristes armés qui avaient exploité l’engagement du gouvernement syrien au plan et au communiqué dans le but de réaliser des acquis sur le terrain, et les déclarations faites par certains pays occidentaux et arabes, avaient clarifié qui sont les parties et les pays qui avaient œuvré pour mettre en échec toutes ces initiatives.

20121001-224523.jpg

Il a indiqué que la Syrie était favorable à la nomination d’al-Akhdar al-Ibrahimi, comme représentant spécial du secrétaire général après Annan et affirmé sa disposition à collaborer avec lui conformément au plan de six points.

Al-Mouallem a souligné que tout succès ou effort international implique, à côté de l’engagement du gouvernement syrien, l’engagement des pays qui soutiennent les groupes armés en Syrie, en particulier la Turquie, l’Arabie Saoudite, le Qatar, la Libye et autres, pour mettre fin à l’armement, au financement et à l’entraînement des groupes terroristes armés, encourager le dialogue et rejeter la violence.

Al-Mouallem a souligné : “Durant un an et demi, on dit que la Syrie fait l’objet d’un problème de deux faces, la 1ère liée au besoin des réformes politiques, économiques et sociales qui sont revendiquées populairement alors que la 2ème est l’exploitation des besoins et des revendications populaires pour des objectifs contraires aux revendications du peuple syrien et de ses intérêts. ” J’ai dit cela l’année dernière et je le répète : l’Etat syrien avait réalisé des démarches sérieuses et importantes dans les domaines des réformes, notamment la nouvelle constitution qui a insisté sur le multipartisme et qui a été adoptée par un référendum populaire général”, a-t-il indiqué.

“La Syrie continue son action avec toutes les parties nationales de l’opposition pour construire la Syrie nouvelle et pluraliste qui répond aux aspirations de son peuple. Elle est déterminée en même temps à assumer ses responsabilités pour la protection de son peuple du terrorisme takfiri et djihadiste via lequel des groupes terroristes armés œuvrent pour provoquer le chaos et la sédition entre les Syriens”, a fait savoir al-Mouallem.

Al-Mouallem a ajouté : “Nous avons entendu à partir de la présente tribune ou d’autres, des appels lancés par des parties qui ne connaissent pas les faits pour  l’abdication du Président de la République Arabe Syrienne; cela est une ingérence flagrante dans les affaires intérieures de la Syrie, l’unité de ses fils et la souveraineté de sa décision”, a-t-il précisé, affirmant que le peuple syrien est le seul qui a le droit à déterminer son avenir et la forme de son Etat qui ouvre les bras à tous les courants du peuple syrien, dont ceux qui ont été trompés. Il a ajouté : “C’est à ce peuple de choisir sa direction via les moyens démocratiques les plus importants, à savoir les urnes”.

” On croit que le règlement politique est la ligne principale pour sortir de la crise et j’appelle de cette tribune toutes les parties et les courants politiques à l’intérieur de la Syrie comme à l’extérieur à un dialogue sous le plafond de la patrie et j’affirme que les résultats de ce dialogue national seront la carte du pays et sa ligne d’avenir pour établir la Syrie pluraliste et démocratique”, a-t-il indiqué.

Al-Mouallem a fait savoir que les événements en Syrie ont causé l’accroissement des besoins humanitaires dans certaines régions affectées par le terrorisme des groupes takfiris, ajoutant : “Au moment où le gouvernement syrien œuvre pour satisfaire les besoins de première nécessité des citoyens qui ont été déplacés en raison de la violence des groupes armés, certaines parties œuvrent pour provoquer les crises des réfugiés dans les pays voisins”.

“J’appelle tous les citoyens syriens à regagner leurs villes et villages”, a-t-il indiqué, soulignant que l’Etat garantit leur retour sécurisé et leur vie digne loin de leur souffrance dans les camps.

Al-Mouallem s’est interrogé sur la crédibilité de ceux qui prétendent l’attachement à assurer des assistances humanitaires pour satisfaire les besoins des Syriens, alors qu’ils intensifient les sanctions économiques qui nuisent aux conditions de vie des citoyens syriens. “Comment imposent-ils des sanctions aux secteurs bancaire, sanitaire et pétrolier, alors qu’ils prétendent l’attachement à l’intérêt des Syriens?…Est-ce que les revendications sincères auxquelles la direction syrienne avait répondu en toute transparence justifient à certains de les utiliser comme prétexte pour poursuivre l’appui militaire, financier et médiatique à ceux qui tuent les innocents, dont les journalistes, les médecins, les professeurs universitaires et les dignitaires religieux?”.

“Ce qui se déroule en Syrie ne doit pas nous faire oublier la Palestine et le Golan. La Syrie affirme son attachement à son droit normal de récupérer tout le Golan syrien occupé jusqu’aux frontières du 4 juin 1967 et son rejet de toute mesure prise par Israël pour changer ses aspects naturels, géographiques et démocratiques dans une violation claire des résolutions du Conseil de sécurité”, a-t-il souligné.

Al-Mouallem a indiqué que l’échec des efforts de l’instauration de la paix juste et globale au Moyen-Orient conformément aux références internationales approuvées par la communauté internationale en tant que base pour ancrer la paix entre les Palestiniens et les Israéliens est dû aux positions et aux mesures israéliennes unilatérales.

Al-Mouallem a réitéré l’appel de la Syrie à la communauté internationale pour œuvrer en vue de vider le Moyen-Orient de toutes les armes de destruction massive, soulignant que ceci est irréalisable sans l’obligation d’Israël, seule force nucléaire dans la région, à adhérer au traité de la non-prolifération des armes nucléaires.

Al-Mouallem a fait noter que l’insistance par les Etats-Unis, des pays de l’Union européenne et d’autres pays pour adopter des mesures économiques unilatérales est contraire aux règles de la loi internationale et aux principes de libre-échange, appelant à lever le blocus imposé par les Etats-Unis à Cuba depuis des décennies et à mettre fin à toutes les mesures unilatérales imposées aux autres pays, dont le Venezuela, la Biélorussie, l’Iran, la Syrie et la Corée Démocratique.

Al-Mouallem et Ban Ki moon affirment l’importance d’arrêter la violence par toutes les parties et de lancer un dialogue national 

M. Walid al-Mouallem, vice-président du Conseil des ministres, ministre des Affaires étrangères et des Expatriés, s’est entretenu aujourd’hui avec le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki moon de la coopération entre la Syrie et l’ONU dans tous les domaines.

Les deux parties ont passé en revue les efforts déployés par les Nations Unies en Syrie au niveau humanitaire.

20121001-224552.jpg

L’entretien a porté également sur ce que fournit la Syrie pour faciliter la mission de l’émissaire des Nations Unies en Syrie Lakhdar al-Ibrahimi et sur ce qui est réclamé des autres parties qui minent sa tâche à travers la poursuite de l’armement, de l’hébergement, de l’entraînement et du financement des groupes terroristes armés.

Les deux parties sont tombées d’accord sur l’importance d’arrêter la violence par toutes les parties pour lancer un dialogue national entre tous les fils du peuple syrien comme seul moyen pour dépasser la crise actuelle en Syrie.

*

A. Chatta & Raghda Bittar – SANA – October 1, 2012

SyrianFreePress.net Network October 2, 2012

*

This page at – https://syrianfreepress.wordpress.com/2012/10/02/al-mouallem-des-pays-bien-connus-poursuivent-ladoption-de-politiques-colonialistes-basees-sur-lhypocrisie-politique/

*

*

*

Advertisements