Tags

, , , , , , , , , ,

1536628_602437346496587_408469844_n

ENG

President Bashar al-Assad’s interview with Agence France Presse (AFP) ~January 20, 2014

AFP: Mr. President, what do you expect from the Geneva conference?

President Assad: The most basic element, which we continuously refer too, is that the Geneva Conference should produce clear results with regard to the fight against terrorism in Syria. In particular, it needs to put pressure on countries that are exporting terrorism, – by sending terrorists, money and weapons to terrorist organisations, – especially Saudi Arabia and Turkey, and of course the Western countries that provide political cover for these terrorist organisations. This is the most important decision or result that the Geneva Conference could produce. Any political solution that is reached without fighting terrorism has no value. There can be no political action when there is terrorism everywhere, not only in Syria but in neighbouring countries as well. From the political side, it is possible for Geneva to contribute to a process of dialogue between Syrians. There has to be a Syrian process within Syria and whilst Geneva could support this, it cannot be a substitute for it.

AFP: After nearly three years of devastating war and the big challenge of reconstruction in the country, is it likely that you will not be a candidate for the presidency?

President Assad: This depends on two things: It depends on personal aspirations or a personal decision, on the one hand, and on public opinion in Syria, on the other. As far as I am concerned, I see no reason why I shouldn’t stand; as for Syrian public opinion, there is still around four months before the election date is announced. If in that time, there is public desire and a public opinion in favour of my candidacy, I will not hesitate for a second to run for election. In short, we can say that the chances for my candidacy are significant.

AFP: In these past years, have you thought for a moment about losing the battle, and have you thought of an alternative scenario for you and your family?

President Assad: In any battle, there is always the possibility of winning and losing; but when you’re defending your country, it’s obvious that the only choice is to win. Should Syria lose this battle that would mean the spread of chaos throughout the Middle East. This battle is not confined to Syria and is not, as Western propaganda portrays, a popular uprising against a regime suppressing its people and a revolution calling for democracy and freedom. These lies have now become clear to people. A popular revolution doesn’t last for three years only to fail; moreover, a national revolution cannot have a foreign agenda. As for the scenarios that I have considered, of course these types of battles will have numerous scenarios – 1st, 2nd, 3rd……tenth, but they are all focused on defending the country not on running away from it. Fleeing is not an option in these circumstances. I must be at the forefront of those defending this country and this has been the case from day one.

AFP: Do you think you are winning this war?

President Assad: This war is not mine to win; it’s our war as Syrians. I think this war has, if you will, two phases. The first phase, which took the form of plans drawn up at the beginning, was the overthrow of the Syrian state in a matter of weeks or months. Now, three years on, we can safely say that this has failed, and that the Syrian people have won. There were countries that not only wanted to overthrow the state, but that also wanted to partition the country into several ‘mini-states;’ of course this phase failed, and hence the win for the Syrian people. The other phase of the battle is the fight against terrorism, which we are living on a daily basis. As you know, this phase isn’t over yet, so we can’t talk about having won before we eliminate the terrorists. What we can say is that we are making progress and moving forward. This doesn’t mean that victory is near at hand; these kinds of battles are complicated, difficult and they need a lot of time. However, as I said, and I reiterate, we are making progress, but have not yet achieved a victory.

AFP: Returning to Geneva, do you support a call from the conference for all foreign fighters to leave Syria, including Hezbollah?

President Assad: Clearly the job of defending Syria is responsibility of the Syrian people, the Syrian institutions, and in particular the Syrian Army. So, there would be no reason for any non-Syrian fighters to get involved had there not been foreign fighters from dozens of countries attacking civilians and Hezbollah especially on the Syrian-Lebanese border. When we talk about fighters leaving Syria, this would need to be part of a larger package that would see all the foreign fighters leave, and for all armed men – including Syrians – to hand over their weapons to the Syrian state, which would consequently achieve stability. So naturally, yes, one element of the solution in Syria – I wouldn’t say the objective – is for all non-Syrian fighters to leave Syria.

AFP: In addition to the prisoner exchange and a ceasefire in Aleppo, what initiatives are you ready to present at Geneva II?

President Assad: The Syrian initiative was put forward exactly a year ago, in January of last year. It’s a complete initiative that covers both political and security aspects and other dimensions that would lead to stability. All of these details are part of the initiative that Syria previously put forward. However, any initiative, whether this one or any other, must be the result of a dialogue between Syrians. The essence of anything that is proposed, whether it’s the crisis itself, fighting terrorism, or the future political vision and political system for Syria, requires the approval of Syrians. Our initiative was based on a process to facilitate this dialogue rather than a process to express the government’s point of view. It has always been our view that any initiative must be collective and produced by both the political actors in Syria and the Syrian people in general.

AFP: The opposition that will participate in Geneva is divided and many factions on the ground don’t believe it represents them. If an agreement is reached, how can it be implemented on the ground?

President Assad: This is the same question that we are asking as a government: when I negotiate, who am I negotiating with? There are expected to be many sides at Geneva, we don’t know yet who will come, but there will be various parties, including the Syrian government. It is clear to everyone that some of the groups, which might attend the conference, didn’t exist until very recently; in fact they were created during the crisis by foreign intelligence agencies whether in Qatar, Saudi Arabia, France, the United States or other countries. So when we sit down with these groups, we are in fact negotiating with those countries. So, is it logical that France should be a part of the Syrian solution? Or Qatar, or America, or Saudi Arabia, or Turkey? This doesn’t make any sense. Therefore, when we negotiate with these parties, we’re in fact negotiating with the countries that are behind them and that support terrorism in Syria. There are other opposition forces in Syria that have a national agenda; these are parties that we can negotiate with. On the issue of the vision for Syria’s future, we are open for these parties to participate in governing the Syrian state, in the government and in other institutions. But as I mentioned earlier, anything that is agreed with any party, whether in Geneva or in Syria, must be subject to people’s endorsement, through a referendum put to Syrian citizens.

AFP: In this context, could the ceasefire agreements that have been started in Moadimiya and Barzeh be an alternative to Geneva?

President Assad: The truth is that these initiatives may be more important than Geneva, because the majority of those fighting and carrying out terrorist operations on the ground have no political agenda. Some of them have become professional armed robbers, and others, as you know, are takfiri organisations fighting for an extremist Islamic emirate and things of that kind. Geneva means nothing for these groups. For this reason, the direct action and the models that have been achieved in Moadamiyeh, in Barzeh and other places in Syria has proven to be very effective. But this is separate from the political process, which is about the political future of Syria. These reconciliations have helped stability and have eased the bloodshed in Syria, both of which help pave the way for the political dialogue I mentioned earlier.

AFP: Are you prepared to have a prime minister from the opposition in a future government?

President Assad: That depends on who this opposition represents. When it represents a majority, let’s say in parliament, naturally it should lead the government. But to appoint a prime minister from the opposition without having a majority doesn’t make any political sense in any country in the world. In your country, for example, or in Britain or elsewhere, you can’t have a prime minister from a parliamentary minority. This will all depend on the next elections, which we discussed in the Syrian initiative; they will reveal the real size of support for the various opposition forces. As to participation as a principle, we support it, of course it is a good thing.

AFP: Are you prepared to have, for example, Ahmed Jarba or Moaz Khatib, be your next prime minister?

58980_602416653165323_1173113398_n

President Assad: This takes us back to the previous question. Do any of these people represent the Syrian people, or even a portion of the Syrian people? Do they even represent themselves, or are they just representatives of the states that created them? This brings us back to what I mentioned earlier: every one of these groups represents the country that created them. The participation of each of these individuals means the participation of each of those states in the Syrian government! This is the first point. Second, let’s assume that we agreed to the participation of these individuals in the government. Do you think that they would dare to come to Syria to take part in the government? Of course they wouldn’t. Last year, they claimed that they had control of 70% of Syria, yet they didn’t even dare to come to the areas that they had supposed control of. They did come to the border for a 30-minute photo opportunity and then they fled. How can they be ministers in the government? Can a foreigner become a Syrian minister? That’s why these propositions are totally unrealistic, but they do make a good joke!

AFP: Mr. President, you said that it depends on the results of the elections, but how can you hold these kinds of elections if part of Syria’s territory is in the hands of insurgents?

President Assad: During this crisis, and after the unrest started in Syria, we have conducted elections twice: the first was municipal elections and the second was parliamentary elections. Of course, the elections cannot be conducted in the same way they are conducted in normal circumstances, but the roads between Syrian regions are open, and people area able to move freely between different regions. Those who live in difficult areas can go to neighbouring areas and participate in the elections. There will be difficulties, but it is not an impossible process.

AFP: Now that opposition fighters are battling jihadists, do you see any difference between the two?

President Assad: The answer I would have given you at the beginning of the events or during its various phases, is completely different to the answer today. Today, there are no longer two opposition groups. We all know that during the past few months the extremist terrorist groups fighting in Syria have wiped out the last remaining positions that were held by the forces the West portrays as moderates, calling them the moderate or secular forces, or the Free Syrian Army. These forces no longer exist. We are now dealing with one extremist group made up of various factions. As to the fighters that used to belong to what the West calls ‘moderate forces,’ these have mostly joined these extremist factions, either for fear or voluntarily through financial incentives. In short, regardless of the labels you read in the Western media, we are now fighting one extremist terrorist group comprising of various factions.

AFP: Would it be possible for the army and the opposition to fight against the jihadists side by side?

President Assad: We cooperate with any party that wants to join the army in fighting terrorists, and this has happened before. There are many militants who have left these organisations and joined the army to fight with it. So this is possible, but these are individual cases. This is not an alliance between ‘moderate’ forces and the army against terrorists. That depiction is false and is an illusion that is used by the West only to justify its support for terrorism in Syria. It supports terrorism under the pretext that it is backing moderation against extremist terrorism, and that is both illogical and false.

AFP: The state accuses the rebels of using civilians as human shields in areas under their control, but when the army shells these areas, do you not think this kills innocent people?

President Assad: The army does not shell neighbourhoods. The army strikes areas where there are terrorists. In most cases, terrorists enter particular areas and force out the civilians. Why do you think we have so many displaced people? Most of the millions of displaced people in Syria have fled their homes because terrorists forcefully entered their neighbourhoods. If there are civilians among these armed groups, why do we have so many displaced people? The army is fighting armed terrorists, and in some cases, terrorists have used civilians as human shields. Civilian casualties are unfortunately the consequences of any war. There is no such thing as a clean war in which there are no innocent civilian victims. This is the unfortunate nature of war, and that is why the only solution is to put an end to it.

AFP: Mr. President, some international organisations have accused the government and the opposition of committing abuses. After this war ends, would you be ready for there to be an investigation into these abuses?

President Assad: There is no logic to this claim made by these organisations. How can the Syrian state be killing its own people, and yet it is still standing three year on, despite the fact that there are dozens of countries working against it. Had the Syrian state been killing its people, they would have revolted against it long ago. Such a state could not survive for more than few months; the fact that it has resisted for three years means that it has popular support. Such talk is more than illogical: it is unnatural. What these organizations are saying is either a reflection of their ignorance of the situation in Syria, or, in some cases, it shows they are following the political agenda of particular states. The Syrian state has always defended its civilians; it is well documented, through all the videos and the photos circulating, that it is the terrorists who are committing massacres and killing civilians everywhere. From the beginning of this crisis, up until today, these organizations do not have a single document to prove that the Syrian government has committed a massacre against civilians anywhere.

AFP: Mr. President, we know of foreign journalists who were kidnapped by the terrorist groups. Are there any foreign journalists in state prisons?

President Assad: It would be best for you to ask the relevant, specialised agencies on this issue. They would be able to give you an answer.

AFP: Would a reconciliation be possible, one day, between Syria on the one hand, and Saudi Arabia, Qatar and Turkey on the other?

President Assad: Politics changes constantly, but this change depends on two factors: principles and interests. We share no common principles with the states you mention; these states support terrorism and they have contributed to the bloodshed in Syria. As for interests, we need to ask ourselves: will the Syrian people agree to shared interests with these countries after everything that has happened and all the bloodshed in Syria? I don’t want to answer on behalf of the Syrian people. If the people believe they share interests with these states, and if these states change their policy on supporting terrorism, it is plausible that the Syrian people might agree to restore relations. I can’t individually as President, answer on behalf of all the Syrian people at such a time. This is a decision for the people.

AFP: Mr. President, you were welcomed on the occasion of July 14 (Bastille Day) in the Elysee Palace in Paris. Are you now surprised by France’s position, and do you think France may one day play some kind of role in Syria?

President Assad: No, I am not surprised, because when that reception took place, it was during the period – 2008 to 2011 – where there was a attempt to contain Syria’s role and Syria’s policy. France was charged with this role by the United States when Sarkozy became president. There was an agreement between France and the Bush administration over this, since France is an old friend of the Arabs and of Syria and as such it is better suited to play the role. The requirement at that time was to use Syria against Iran and Hezbollah, and to pull it away from supporting resistance organisations in the region. This French policy failed, because its goal was blatantly obvious. Then the so-called Arab Spring began, and France turned against Syria after it had failed to honour the pledge it had made to the United States. This is the reason behind the French position during that period why it changed in 2011. As for France’s role in future, let’s talk frankly. Ever since 2001 and the terrorist attacks on New York, there has been no European policy-making to speak of (and that’s if we don’t look back even further to the 1990s). In the West, there is only an American policy, which is implemented by some European countries. This has been the case on all the issues in our region in the past decade. Today, we see the same thing: either European policy is formulated with American blessing, or American policy is adopted by the Europeans as their own. So, I don’t believe that Europe, and particularly France, which used to lead the European policy in the past, is capable of playing any role in the future of Syria, or in neighbouring countries. There is another reason too, and that is that Western officials have lost their credibility. They no longer have double standards; they have triple and quadruple standards. They have all kinds of standards for every political situation. They have lost their credibility; they have sold their principles in return for interests, and therefore it is impossible to build a consistent policy with them. Tomorrow, they might do the exact opposite of what they are doing today. Because of this, I don’t think that France will play a role in the immediate future, unless it changes its policy completely and from its core and returns to the politically independent state it once was.

AFP: How long do you think Syria needs to rid itself completely of its chemical weapons stockpiles?

President Assad: This depends on the extent to which the Organisation for the Prohibition of Chemical Weapons (OPCW) will provide Syria with the necessary equipment to carry out the process. So far, the process of making this equipment available has been quite slow. On the other hand, as you know dismantling and neutralizing the chemical materials is not taking place inside Syria nor by the Syrian state. A number of countries in different parts of the world have accepted to carry out that process; some have agreed to deal with the less dangerous materials, whilst others have refused completely. Since, the timeframe is dependent on these two factors – the role of the OPCW and the countries that accept to neutralize the materials on their territories – it is not for Syria to determine a timeframe on this issue. Syria has honoured its part by preparing and collecting data and providing access to inspectors who verified this data and inspected the chemical agents. The rest, as I said, is up to the other parties.

AFP: Mr. President, what has changed in your and your family’s daily, personal lives? Do your children understand what has happened? Do you talk to them about this?

President Assad: There are a few things that haven’t changed. I go to work as usual, and we live in the same house as before, and the children go to school; these things haven’t changed. On the other hand, there are things which have affected every Syrian household, including mine: the sadness which lives with us every day – all the time, because of what we see and experience, because of the pain, because of the fallen victims everywhere and the destruction of the infrastructure and the economy. This has affected every family in Syria, including my own. There is no doubt that children are affected more deeply than adults in these circumstances. This generation will probably grow up too early and mature much faster as a result of the crisis. There are questions put to you by children about the causes of what’s happening, that you don’t usually deal with in normal circumstances. Why are there such evil people? Why are there victims? It’s not easy to explain these things to children, but they remain persistent daily questions and a subject of discussion in every family, including my own.

AFP: Through these years, what was the most difficult situation you went through?

President Assad: It’s not necessarily a particular situation but rather group of elements. There are several things that were hard to come to terms with, and they are still difficult. The first, I believe, is terrorism; the degree of savagery and inhumanity that the terrorists have reached reminds us of what happened in the Middle Ages in Europe over 500 years ago. In more recent modern times, it reminds us of the massacres perpetrated by the Ottomans against the Armenians when they killed a million and a half Armenians and half a million Orthodox Syriacs in Syria and in Turkish territory. The other aspect that is difficult to understand is the extent of Western officials’ superficiality in their failure to understand what happened in this region, and their subsequent inability to have a vision for the present or for the future. They are always very late in realizing things, sometimes even after the situation has been overtaken by a new reality that is completely different. The third thing that is difficult to understand is the extent of influence of petrodollars in changing roles on the international arena. For instance, how Qatar was transformed from a marginal state to a powerful one, while France has become a proxy state implementing Qatari policies. This is also what we see happening now between France and Saudi Arabia. How can petrodollars make western officials, particularly in France, sell their principles and sell the principles of the French Revolution in return for a few billion dollars? These are only a few things, among others, which are difficult for one to understand and accept.

AFP: The trial of those accused of the assassination of former Lebanese Prime Minister Rafic Hariri has begun. Do you think it will be a fair trial?

President Assad: Nine years have passed since the beginning of this trial. Has justice been served? Every accusation was made for political reasons. Even in the past few days, we have not seen any tangible proof put forward against the parties involved in the case. The real question should be: why the timing? Why now? This court was set up nine years ago. Have the things produced in the last few days been uncovered only now? I believe that the whole thing is politicized and is intended to put pressure on Hezbollah in Lebanon in the same way that it aimed at putting pressure on Syria in the beginning, immediately after al-Hariri’s assassination.

AFP: You have said the war will end when terrorism is eradicated. But the Syrians and everyone else want to know when this war will end. Within months? After a year? In years to come?

President Assad: We hope that the Geneva conference will be able to provide an answer to part of this by exercising pressure on these countries. This aspect has nothing to do with Syria; otherwise we would have put pressure on these states from the beginning and prevented terrorism from entering Syria. From our side, when this terrorism stops coming in, ending the war will not take more than a few months.

AFP: It appears Western intelligence agencies want to re-open channels of communication with Damascus, in order to ask you for help fighting terrorism. Are you ready for that?

President Assad: There have been meetings with several intelligence agencies from a number of countries. Our response has been that security cooperation cannot be separated from political cooperation, and political cooperation cannot be achieved while these states adopt anti-Syrian policies. This was our answer, brief and clear.

AFP: You have said in the past that the state has made mistakes. In your view, what were the mistakes that could have been avoided?

President Assad: I have said that mistakes can be made in any situation. I did not specify what those mistakes were because this cannot be done objectively until the crisis is behind us and we can assess our experience. Evaluating them whilst we are in the middle of the crisis will only yield limited results.

AFP: Mr. President, without Russia, China and Iran’s help, would you have been able to resist in the face of the wars declared against you?

President Assad: This is a hypothetical question, which I cannot answer, because we haven’t experienced the alternative. Reality has shown that Russian, Chinese and Iranian support has been important and has contributed to Syria’s steadfastness. Without this support, things probably would have been much more difficult. How? It is difficult to draw a hypothetical picture at this stage.

AFP: After all that has happened, can you imagine another president rebuilding Syria?

President Assad: If this is what the Syrian people want, I don’t have a problem with it. I am not the kind of person who clings to power. In any case, should the Syrian people not want me to be president, obviously there will be somebody else. I don’t have a personal problem with this issue.

AFP:  Thank you very much Mr. President.

~

1545077_602437336496588_1275300411_n

FRA

Interview du président Bachar al-Assad avec l’Agence France Presse ~ 20 Jan 2014

AFP Journaliste: Monsieur le Président, l’Agence France Presse vous remercie infiniment pour cet entretien, certainement très important puisqu’il intervient avant la conférence de Genève. – Qu’attendez-vous de cette conférence ?

Monsieur le Président : la chose évidente dont nous parlons constamment est que la Conférence de Genève doit aboutir à des résultats clairs concernant la lutte contre le terrorisme en Syrie, et l’envoi de terroristes, ainsi que d’argent et d’armes aux organisations terroristes, notamment par l’Arabie Saoudite et la Turquie, et bien entendu par les pays occidentaux qui assurent la couverture politique à ces organisations terroristes. Telle serait la décision ou le résultat le plus important de la Conférence de Genève. Tout autre résultat politique auquel sans la lutte contre le terrorisme n’aura aucune valeur. Il n’est pas possible d’avoir une action politique avec un terrorisme qui se propage partout, non seulement en Syrie, mais dans les pays voisins. Sur le plan politique, la Conférence pourrait être un catalyseur du processus du dialogue entre les syriens eux-mêmes. Il faut qu’il y ait une action syrienne qui se produise à l’intérieur de la Syrie, et Genève pourrait être un catalyseur mais non une alternative à une action politique qui se produise entre les syriens eux-mêmes et à l’intérieur de la Syrie.

AFP Journaliste: Monsieur le Président, après trois ans d’une guerre destructive en Syrie et le grand défi de la reconstruction du pays, serait-il possible que ne soyez pas candidat aux prochaines élections présidentielles ?

Monsieur le Président : Cela dépend de deux choses : ma propre volonté ou ma décision personnelle, et l’opinion publique en Syrie. En ce qui me concerne, je considère que rien n’empêche que je me porte candidat Quant à l’opinion publique en Syrie, il nous reste encore 4 mois environ avant l’annonce des dates des élections. D’ici là, s’il y a une volonté populaire, si l’opinion souhaite que je me porte candidat, je n’hésiterai pas une seconde à le faire. Bref, on peut dire qu’il y a de fortes chances pour que je me porte candidat. Journaliste : Avez-vous pensez, même pour un instant durant ces dernières années, que vous allez perdre la bataille ? Avez-vous pensé à un scénario alternatif pour vous-même et votre pour famille ? Monsieur le Président : Dans toute bataille, les possibilités de gain et de perte sont toujours présentes, Mais quand on défend son pays, on n’a qu’une seule alternative, c’est celle de gagner. Car si la Syrie perd la bataille, cela signifiera le chaos pour toute le Moyen Orient. Il ne s’agit pas seulement de la Syrie. Il ne s’agit pas d’une révolte populaire contre un régime qui opprime son peuple, ni d’une révolution en vue de la démocratie et de la liberté, comme les médias occidentaux voulaient présenter les choses. Tous ces mensonges sont désormais clairs pour tout le monde. Une révolution populaire ne saurait durer 3 ans puis échouer. Une révolution ne saurait répondre à des agendas extérieurs. Quant aux scénarios que j’ai établis, dans ce genre de bataille il y en a évidemment plusieurs et cela peut aller d’un seul scénario jusqu’à dix. Mais tous ces scénarios consistent à défendre la patrie et non à fuir. Fuir n’est pas un choix dans ce cas-là. Je dois être au premier rang des défenseurs de la patrie. C’étaient les seuls scénarios dès le premier jour de la crise et jusqu’à l’heure actuelle.

AFP Journaliste: Monsieur le Président, pensez-vous avoir gagné la guerre ?

Monsieur le Président : Cette guerre n’est pas la mienne pour que je la gagne. C’est notre guerre à tous, syriens. Je pense qu’il y avait deux étapes dans cette guerre : ce qui a était planifié au début, à savoir renverse l’Etat syrien en quelques semaines ou quelques mois ; et maintenant, au bout de trois ans, nous pouvons dire que cette étape a été vouée à l’échec, c’est-à-dire que le peuple syrien a gagné cette étape à travers laquelle certains pays voulaient faire effondrer l’Etat pour aboutir à la division de la Syrie en petits mini-états. Cette étape a donc certainement échouée et le peuple syrien l’a emporté. Mais il y a une autre étape de la bataille, à savoir la lutte antiterroriste, que nous vivons quotidiennement. Elle est donc toujours en cours, et nous ne pouvons pas parler de victoire dans cette étape sans irradier définitivement les terroristes. Nous pouvons dire que nous réalisons un progrès dans ce sens. Nous allons tout droit vers notre but, mais cela ne signifie pas que la victoire est imminente. Ce genre de bataille est compliqué. Il n’est pas facile et demande beaucoup de temps. Mais j’affirme et je répète que nous réalisons un progrès, sans pouvoir dire à présent que nous avons emporté la victoire.

AFP Journaliste:  Monsieur le Président, de retour à Genève, seriez-vous favorable à un appel lancé par la conférence pour que tous les combattants étrangers quittent la Syrie, y compris ceux de Hezbollah ?

Monsieur le Président : Il va de soi que la défense de la Syrie une mission qui incombe aux syriens eux-mêmes, à leurs institutions, notamment à l’armée syrienne. Aucun combattant non syrien ne serait entré, s’il n’y avait pas des combattants de plusieurs dizaines de nationalités venus de l’extérieur et qui ont attaqué Hezbollah et des civils au Liban, notamment sur les frontières syriennes : lorsque nous parlons du départ des combattants, il faut absolument que cela soit une partie d’un ensemble visant à ce que tous les combattants sortent et qu’ils remettent leurs armes à l’Etat syrien, y compris les syriens. Il faudrait par conséquent établir la stabilité. Ma réponse évidente serait : oui, je ne dirai pas que le départ de toute personne non syrienne est un objectif, mais c’est un des éléments de la solution en Syrie. 6.

AFP Journaliste: Monsieur le Président, concernant l’échange des détenus et le cessé le feu à Alep, quelles sont les initiatives que vous êtes disposé à présenter à Genève2?

Monsieur le Président : L’initiative syrienne a été lancée il y a juste un an, en janvier de l’année dernière. Il s’agit d’une initiative intégrée avec un côté politique et un côté sécuritaire, ainsi que tous les points qui aboutissent à la stabilité. Tous ces détails font partie de l’initiative déjà lancée par la Syrie. Mais toute initiative, qu’elle soit celle-ci ou une autre doit absolument être le résultat d’un dialogue entre les syriens eux-mêmes. Tout ce que nous proposons nécessite au fond l’aval des syriens, à commencer par la question du règlement de la crise et de la lutte antiterroriste, et à terminer par la vision des syriens de l’avenir politique de la Syrie et du système politique en Syrie. Aussi, notre initiative était-elle un processus facilitateur de ce dialogue et non un point de vue du gouvernement syrien. Notre point de vue était toujours que toute initiative devait être collective et émaner de toutes les forces politiques en Syrie, et du peuple syrien en général.

AFP Journaliste: l’opposition qui participera à Genève est divisée. Plusieurs factions sur le terrain estiment qu’elle ne les représente pas. Si les deux parties parviennent à un accord, comment pourrait-on l’appliquer sur le terrain ?

Monsieur le Président : c’est justement la question que nous posons en tant que gouvernement. Lorsque je négocie, avec qui je le fais ! A Genève, il devrait y avoir plusieurs parties. Nous ne savons pas qui viendra encore. Il devrait y avoir plusieurs parties dont le gouvernement syrien. Tout le monde sait maintenant que quelques-unes des parties avec qui on pourrait négocier étaient inexistantes, et qu’elles sont apparues durant la crise à travers des services de renseignement étrangers, que ce soit au Qatar, en Arabie Saoudite, en France, aux États-Unis ou dans d’autres pays. Lorsque je m’assois avec ses gens-là, cela veut dire que je négocie avec ces pays. Est-il logique que la France fasse partie de la solution en Syrie, ou encore le Qatar, les États-Unis, l’Arabie saoudite ou la Turquie par exemple ? C’est insensé. Lorsque nous négocions avec ces forces, nous négocions avec les pays qui les appuient et qui soutiennent le terrorisme en Syrie. Mais il existe en Syrie d’autres forces de l’opposition avec un agenda national. On peut négocier avec elles, comme je viens de le dire, sur la vision de l’avenir de la Syrie. Elles peuvent contribuer avec nous à gérer l’Etat syrien, au sein du gouvernement et dans les diverses institutions. Mais tout accord avec toute partie, que ce soit à Genève ou en Syrie, doit absolument obtenir l’aval du peuple, et ce à travers un référendum général auquel participe le citoyen syrien.

AFP Journaliste: Dans ce cadre, est-ce que les accords de cessé le feu entamés à Barza et à Mouaddamieh peuvent être une alternative à Genève ?

Monsieur le Président : En effet, cette initiative pourrait être plus importante que Genève. C’est vrai. Car la plupart des forces rebelles qui perpètrent des actes terroristes n’ont aucun agenda politique. Certaines d’entre elles sont des bandes de voleurs, d’autres – comme vous le savez- sont des organisations Takfiristes qui visent à établir des Imarats islamistes extrémistes, ou quelque chose de la sorte. Toutes ces forces ne sont nullement concernées par Genève. C’est pourquoi, travailler de près avec ces forces, et ce qui a été réalisé à Mouaddamiyeh, à Barza et dans d’autres régions de la Syrie s’est prouvé utile dans ces mêmes régions. Mais c’est différent du volet politique qui concerne l’avenir politique de la Syrie. Ces réconciliations permettent de rétablir la stabilité et d’atténuer l’effusion du sang en Syrie. Mais c’est le début du dialogue politique que je viens d’évoquer.

AFP Journaliste: Monsieur le Président, êtes-vous prêt dans un futur gouvernement transitoire d’avoir un premier ministre de l’opposition ?

Monsieur le Président : Cela dépend de ce que représente cette opposition. Lorsqu’elle représente une majorité, disons une majorité parlementaire par exemple, il serait normal qu’elle préside le gouvernement. Cependant, avoir un premier ministre de l’opposition qui ne dispose pas de la majorité, ce serait contraire à la logique politique dans tous les pays du monde. Dans votre pays par exemple ou dans des pays comme le Royaume Uni, le premier ministre ne peut pas appartenir à une minorité parlementaire. Cela dépend donc des prochaines élections évoquées dans l’initiative syrienne, lesquelles détermineront le vrai volume des diverses forces de l’opposition. Quant à la participation en soi, nous sommes pour, et c’est nouveau.

AFP Journaliste: Est-ce que par exemple vous êtes prêt à avoir comme premier ministre Ahmad Al-Jarba ou Mouaz El-Khatib ?

Monsieur le Président : cela nous ramène à la question précédente. Est-ce qu’ils représentent le peuple syrien, ou même une partie du peuple syrien ? Est-ce qu’ils représentent leur propre opinion, ou plutôt l’Etat qui les a fabriqués ? S’ils participent, cela veut dire que ces Etats participent au gouvernement syrien !! Et de un. Et de deux : supposons que nous acceptons que ces gens-là participent au gouvernement. Vous savez bien qu’ils n’osent pas le faire. L’année dernière, ils prétendaient dominer 70% de la Syrie. Mais ils n’osent pas venir à ces 70% soi-disant libérés. Ils viennent aux frontières pour une demi-heure puis prennent la fuite. Comment peuvent-ils alors devenir membres du gouvernement ? Est-ce qu’un ministre peut exercer ses fonctions de l’extérieur ? Aussi de telles idées sont totalement irréalistes. On peut les considérer comme une plaisanterie.

AFP Journaliste: Monsieur le Président, vous dites que ça dépend des élections. Mais comment pouvez-vous faire des élections alors qu’une partie du pays est sous la main des rebelles ?

Monsieur le Président : Durant cette crise, après le déclenchement des troubles de sécurité en Syrie, nous avons mené des élections à deux reprises : la première fois des élections municipales, et la deuxième des élections parlementaires. Evidemment les élections ne pourront pas être similaires à celles qui se déroulent dans des conditions normales. Mais les chemins sont praticables entres les différentes régions de Syrie, tout le monde peut se déplacer d’une région à une autre. Par conséquent, les personnes qui se trouvent dans les régions sous tension peuvent venir dans des régions voisines pour participer aux élections. Il y aura des difficultés certes, mais ça ne sera pas impossible. Il n’y a vraiment aucun problème à ce sujet.

AFP Journaliste: Puisque les rebelles combattent à présent les djihadistes, est-ce que vous faites la distinction entre les deux ?

Monsieur le Président : J’aurais pu donner une réponse au début des événements, ou avant même la crise. Mais aujourd’hui, je peux dire que la réponse à cette question est totalement différente, car il n’y a pas à présents deux groupes. Tout le monde sait qu’il y a quelques mois, les organisations terroristes extrémistes qui se trouvent en Syrie se sont emparées des derniers postes de rassemblement des forces que l’occident voulait présenter comme modérées, et qu’il appelle « forces modérées » ou « laïques », ou ce qu’on appelait « l’armée libre ». Ces forces n’existent plus. Nous sommes à présent devant une seule partie, à savoir les forces extrémistes qui sont des groupes divers. Quant aux combattants qui étaient du côté des forces dites « modérées », selon la logique occidentale, la plupart d’entre eux ont été obligées de rejoindre les organisations extrémistes, soit en les terrorisant, soit pour l’argent. Car ces organisations disposent d’énormes moyens financiers. Bref, nous combattant à présent une seule partie, à savoir les organisations terroristes extrémistes indépendamment des appellations que vous voyez dans les médias occidentaux.

AFP Journaliste: Il est donc impossible que l’armée et les rebelles combattent côte à côte les djihadistes ?

Monsieur le Président : Nous collaborons avec quiconque souhaite se joindre à l’armée pour combattre les terroristes. Cela a déjà eu lieu, car beaucoup de personnes armées ont quitté ces organisations et rejoint l’armée. C’est possible, mais ce sont des cas individuels, et on ne peut pas dire ici que l’armée s’est alliée avec des forces modérées contre des forces terroristes. Cette image est irréelle. Elle est illusoire. L’occident y a recours uniquement pour justifier son soutien au terrorisme en Syrie. Il veut soutenir un terrorisme déguisé en modéré pour combattre un terrorisme extrémiste. C’est illogique et complétement faux.

AFP Journaliste: L’Etat accuse les rebelles d’utiliser les civils comme boucliers humains dans certaines régions qu’ils contrôlent. Mais ne considérez-vous pas que lorsque l’armée bombarde ces régions, elle tue des innocents ?

Monsieur le Président : l’armée ne bombarde pas des régions, elle frappe les endroits où se trouvent les terroristes. En général, et dans la plupart des cas, lorsque les terroristes pénètrent une région, les civils en sortent. Sinon pourquoi nous avons des déplacés ? La plupart des déplacés en Syrie, ils comptent par million, ont quitté leurs régions lorsque les terroristes y sont entrés. Il est donc impossible qu’il y ait des civils là où il y a des groupes armés. Sinon on n’aurait pas eu tant de déplacés. L’armée combat les terroristes armés. Il y a eu des cas où les terroristes se sont servis des civils comme boucliers humains. Quant aux victimes parmi les civils, malheureusement cela arrive dans toutes les guerres. Il n’y a pas de guerres propres qui ne font pas des victimes parmi les civils. C’est dans la nature des guerres. La solution c’est donc d’arrêter la guerre. Il n’y en a pas d’autres.

AFP Journaliste: Monsieur le Président, Il y a des organisations internationales qui ont accusé à la fois les rebelles et l’armée d’abus. Est-ce qu’à la fin de la guerre vous accepterez une enquête sur les abus commis en Syrie ?

Monsieur le Président : selon quelle logique peut-on imaginer que l’Etat syrien tue son peuple, comme disent ces organisations, alors que des dizaines de pays œuvrent contre la Syrie, et que malgré tout cela l’Etat a résisté pendant 3 ans. C’est totalement illogique. Si vous tuez votre peuple, le peuple se soulèvera contre vous, et l’Etat ne pourra pas résister plus de quelques mois. Il s’effondra nécessairement par la suite. Si vous résistez durant 3 ans, c’est grâce au soutien de votre peuple.

Est-il possible que le peuple se tienne à notre côté alors que nous le tuons? Non seulement c’est illogique, mais c’est aussi contre nature. Ce que disent ces organisations reflète leur ignorance de ce qui se passe en Syrie, ou alors, du moins pour certaines d’entre elles, il s’agit d’un discours qui sert l’agenda politique des pays qui leurs demandent de parler de la sorte. Cependant, l’Etat syrien défend toujours les civils. Les séquences vidéo et les photos confirment que ce sont les terroristes qui commettent des massacres, et tuent partout les civils. On dispose de documents qui le confirment, alors que ces organisations ne disposent d’aucun document qui prouve que le gouvernement syrien a commis un massacre à l’encontre des civils nulle part depuis le début de la crise et jusqu’à l’heure actuelle.

AFP Journaliste: Monsieur le Président, Nous savons qu’il y a des journalistes étrangers qui sont aux mains des organisations rebelles ou des organisations terroristes. Est-ce qu’il y a des journalistes étrangers dans les prisons gouvernementales?

Monsieur le Président : Il vaut mieux poser la question aux organes concernées et spécialisées. Ils vous donneront la réponse.

AFP Journaliste: La réconciliation est-elle possible un jour entre la Syrie d’une part, l’Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie de l’autre?

Monsieur le Président : La politique change toujours, mais elle change en fonction de deux choses : les principes et les intérêts. Nous ne partageons pas les mêmes principes avec ces pays. Ils soutiennent le terrorisme, et ont contribué à l’effusion du sang syrien. Quant aux intérêts, il y a une autre question à poser : le peuple syrien accepte-t-il de partager avec ces pays les mêmes intérêts, après tout ce qui s’est passé… après tout le sang qui s’est coulé en Syrie ? Je ne veux pas répondre à la place du peuple syrien. Si le peuple estime qu’il a des intérêts avec ces pays, et si ces derniers changent de politiques et cessent d’appuyer le terrorisme, le peuple syrien pourrait alors accepter de rétablir ses relations avec eux. Mais je ne peux pas seul, et comme président, répondre à cette question à la place de tout le peuple syrien dans les circonstances actuelles. C’est au peuple de décider.

AFP Journaliste: Monsieur le Président, vous avez été accueilli en France, vous avez été reçu à l’Elysée, vous étiez représenté comme le nouvel espoir arabe. Comment êtes-vous surpris par la position de la France, et pensez-vous que la France un jour pourra revenir en Syrie ?

Monsieur le Président : Non je ne suis ni étonné ni surpris. Car cet accueil et cette étape entre 2008 et début 2011 était une tentative d’assimiler et d’attirer le rôle de la Syrie et sa politique. La France a été chargée par les Etats-Unis de jouer ce rôle lorsque Sarkozy est arrivé à la présidence de la république. Il y avait un accord entre la France et l’administration Bush sur ce point, étant donné que la France est un vieil ami des arabes et de la Syrie, et le plus apte à jouer ce rôle, à cette époque on voulait utiliser la Syrie contre l’Iran et le Hezbollah et l’éloigner de l’idée de soutenir les organisations de résistance dans notre région. Cette politique française a échoué parce qu’elle était flagrante. Puis est intervenue le soi-disant le printemps arabe, et la France s’est tournée contre la Syrie après avoir échoué de réaliser ses promesses aux Etats-Unis. Telle est la raison de l’attitude de la France à l’époque, et de son bouleversement en 2011. Quant au futur rôle de la France… parlons franchement. Au moins depuis 2001, il n’y a pas eu une politique européenne, sinon bien avant depuis les années 90. Mais après 2001 et les attaques terroristes du 11 septembre à New York, il n’y a pas de politique européenne, il y a seulement une politique américaine en occident, et que certains pays européens exécutent. Ce fut le cas durant la dernière décennie vis-à-vis de toutes les questions concernant notre région. A présent nous constatons la même chose : les politique européennes prennent l’autorisation des Etats-Unis avant d’être exécutés ; ou alors les Etats-Unis charge les pays européens d’exécuter leurs politiques. Je ne pense pas que l’Europe, surtout la France qui dirigeait jadis la politique européenne, soit capable de jouer le moindre rôle en Syrie dans l’avenir. Et peut-être même dans les pays voisins. Par ailleurs, les responsables occidentaux ont perdus leur crédibilité. Il s’agit de responsables qui suivent une politique non seulement de deux poids deux mesures, mais de triple et de quadriple poids… ils ont toutes sortes de critères qui varient selon les cas. Ils ont perdu toute crédibilité, et ont renoncé aux principes contre les intérêts. Il est impossible par conséquent de construire avec eux une politique constante. Ils font aujourd’hui le contraire de ce qu’ils pourraient faire demain. Je ne pense donc pas que la France aura un rôle à jouer dans le proche avenir, à moins qu’elle ne change totalement et fondamentalement de politique, et qu’elle ne devienne un Etat indépendant dans ses prises de positions, comme ce fut le cas dans le passé.

AFP Journaliste: Monsieur le Président, Est-ce que la Syrie sera débarrassée des armes chimiques, combien de temps faut-il pour ça ?

Monsieur le Président : Cela dépend de l’aptitude de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques de procurer les équipements nécessaires à la Syrie pour le faire. D’un côté, ce processus est lent. De l’autre, le démantèlement des armes chimiques ne se fait pas en Syrie, comme vous le savez, ni par l’Etat syrien. Mais il y a des pays de plusieurs régions du monde qui se sont portés volontaires et qui effectueront cette opération. Certains pays acceptent de procéder au démentiellement de produits de faibles risques, d’autres refusent totalement de le faire. Le calendrier dépend donc de ces deux facteurs : le premier dépend de l’organisation, le second des pays qui accepteront de démanteler ces produits sur leurs territoires. La Syrie ne peut donc pas fixer des délais à ce sujet. Elle a accompli son devoir en préparant les données, et en accueillant les inspecteurs qui ont vérifié ces données et examiné les produits chimiques. Le reste, comme je viens de le dire, ne dépend pas de la Syrie mais d’autres pays.

AFP Journaliste: Monsieur le Président, qu’est-ce qui a changé dans votre vie quotidienne pour vous et votre famille. Est-ce que vos enfants comprennent ce qui se passe ? Est-ce que vous en avez parlé en famille ?

Monsieur le Président : Certaines choses n’ont pas changé : je vais au travail comme d’habitude, et nous vivons chez nous comme auparavant. Les enfants vont à l’école. Ces choses n’ont pas changés. Par ailleurs, il y a des choses qui ont atteint tout foyer syrien, y compris le nôtre. C’est la tristesse que nous vivons dans notre quotidien et au fil des heures, en raison de ce que nous voyons et constatons, à travers les souffrances, les victimes tombées partout et qui ont affligé chaque famille, la destruction des infrastructures, des intérêts et de l’économie. Tout cela nous a affectés. Il est évident que, dans des circonstances pareilles, les enfants sont plus touchés que les adultes. Il y a peut-être une maturité précoce de cette génération dont la conscience s’est développée durant la crise. Les enfants posent des questions qu’on n’entend pas dans des circonstances normales. Notamment : pourquoi on voit de telles choses ? Pourquoi y a-t-il des gens aussi méchants ? Pourquoi y a-t-il des morts ? Il n’est pas facile d’expliquer de telles choses aux enfants. N’empêche que ce sont des questions quotidiennes, et une conversation de tous les jours entre les parents et les enfants. Nous faisons partie de ces familles qui discutent ces mêmes questions.

AFP Journaliste: Quelle était la situation la plus difficile que vous avez connue durant ces années ?

Monsieur le Président : Ce n’est peut-être pas nécessairement une situation mais un fait. Il y en a plusieurs qu’il était, et qu’il est toujours difficile de comprendre. D’abord, je pense que c’est le terrorisme. Le niveau de barbarisme est de sauvagerie atteint par les terroristes, et qui nous rappelle des histoires racontées sur le moyen âge en Europe depuis plus de 5 siècles. A l’époque moderne, ça nous rappelle les massacres commis par les Ottomans qui ont tué un million et demi d’arméniens et un demi-million de syriaques orthodoxes en Syrie et en Turquie. Autre chose qu’il est difficile de comprendre, c’est la superficialité que nous avons constaté chez les responsables occidentaux qui n’ont pas compris ce qui s’est passé dans la région, et qui ont par conséquent étaient incapables de voir et le présent et l’avenir. Ils voyaient toujours les choses très en retard par rapport aux événements, et étaient donc toujours dépassés par le temps. Troisièmement, on comprend mal l’influence du pétrodollar sur le changement des rôles sur la scène internationale. Par exemple, le Qatar, cet Etat marginal, se transforme en une grande puissance. La France, se transforme en un Etat qui suit le Qatar et exécute sa politique ; c’est aussi ce que nous constatons entre la France et l’Arabie saoudite. Comment le pétrodollar peut-il transformer certains responsables de l’occident, notamment en France et les porter à vendre les principes de la révolution française et à les échanger contre quelques milliards de dollars. C’était quelques exemples, il y en a beaucoup d’autres similaires qu’il est difficile de comprendre et d’admettre. Journaliste : Le procès des accusés de l’assassinat de l’ancien premier ministre libanais Rafik Al Hariri a commencé. Pensez-vous qu’il sera juste ? Monsieur le Président : Nous parlons d’un tribunal qui date de 9 ans. A-t-il était juste ? Chaque fois, ils accusaient une partie pour des raisons politiques. Même durant les quelques derniers jours, nous n’avons constaté aucune preuve tangible avancée sur les parties impliquées dans cette affaire. Une autre question demeure cependant : pourquoi ce timing ? Je pense que tout ce qui se passe est en corrélation et vise à faire pression sur le Hezbollah au Liban, comme sur la Syrie dans le passé tout de suite après l’assassinat de Hariri.

AFP Journaliste:  Vous avez dit que la guerre prendra fin lorsque le terrorisme sera irradié. Mais les syriens, tout le monde veut savoir quand est-ce que la guerre prendra fin, dans un mois, dans une année, dans quelques années ?

Monsieur le Président : Nous espérons que la Conférence de Genève apportera une réponse à une partie de la question, lorsqu’elle fera pression sur ces pays. Cette partie ne dépend pas de la Syrie, sinon on aurait dès le premier jour exercé des pressions sur ces pays et on aurait empêché l’infiltration des terroristes. En ce qui nous concerne, lorsque ce terrorisme cesse de s’infiltrer, ça ne prendra plus que quelques mois.

AFP Journaliste: Il s’emble que les services de renseignement occidentaux souhaitent rétablir les canaux de communication avec Damas et demander votre aide dans la lutte antiterroriste. Etes-vous prêt à cela ?

Monsieur le Président : Plusieurs rencontres ont eu lieu avec plus d’un service de renseignement dans plus qu’un pays. Notre réponse était que la collaboration dans le domaine de la sécurité est indissociablement liée à la collaboration politique, et celle-ci ne peut avoir lieu lorsque ces pays adoptent des positions politiques hostiles à la Syrie. Telle fut notre réponse de manière claire et précise.

AFP Journaliste: Vous avez dit dans le passé que l’Etat avait commis quelques erreurs. Quelles sont celles qui auraient pu être évitées à votre avis ?

Monsieur le Président : J’ai dit qu’il pouvait y avoir des erreurs dans toute action, mais je n’ai pas précisé quelles étaient ces erreurs. On ne peut les déterminer objectivement que lorsqu’on dépasse la crise et qu’on réévalue tout ce que nous avons traversé. Ce n’est qu’alors qu’on pourra les voir objectivement. Mais quand on est au cœur de la crise, notre évaluation sera incomplète.

AFP Journaliste:  Monsieur le Président, Est-ce que sans l’aide de la Russie, de l’Iran et de la Chine, vous auriez pu résister à une pression aussi forte au niveau international ?

Monsieur le Président : C’est une question virtuelle à laquelle on ne peut pas répondre car on n’a pas vécu le contraire. Selon les faits actuels, l’aide russe, chinoise et iranienne était importante et a aidé à résister durant cette période. Sans cette aide, les choses auraient peut-être été beaucoup plus difficiles. Mais comment… il est difficile d’imaginer maintenant quelque chose de virtuel.

AFP Journaliste: Après tout ce qui s’est passé, pouvez-vous imaginer un autre président diriger le processus de reconstruction du pays ?

Monsieur le Président : Lorsque le peuple syrien souhaite une chose pareille, il n’y aura aucun problème. Je ne suis pas du genre à s’accrocher au pouvoir. De toute manière, si le peuple syrien ne souhaite pas que je demeure président, il est évident qu’il y aura un autre président. Je n’ai aucun problème psychologique à cet égard.

AFP Journaliste: Merci beaucoup Monsieur le Président.

~

1546032_602437323163256_871184304_n

ESP

presidente Bashar al-Assad entrevista con la Agencia Francesa de Prensa ~ Jan 20, 2014

El presidente al-Assad: lo que esperamos de la Conferencia de Ginebra es salir con resultados claros como luchar contra el terrorismo en Siria y presionar a los países exportadores de este fenómeno

El Sr. presidente Bashar afirmó que lo que Siria espera de la Conferencia de Ginebra es salir con resultados claros como el combate al terrorismo y presionar a los estados que exportan este fenómeno mediante el envío de terroristas, dinero y armas a las organizaciones terroristas, en especial Arabia Saudita, Turquía y los países occidentales que dan cobertura política a las mismas.

El presidente al-Assad agregó en una entrevista con la Agencia Francesa de Prensa (AFP) que la guerra desatada contra Siria ha constado de dos etapas, la primera: pretender derrocar al Estado sirio en cuestión de semanas o meses, y podemos afirmar ahora al cabo de tres años que el pueblo sirio ha ganado esta etapa; la segunda es el combate contra el terrorismo, y esta batalla la vivimos hoy y no ha concluido todavía, por tanto no podemos hablar de triunfo antes de acabar con los terroristas, aunque podemos decir que estamos logrando avances y marchamos hacia adelante, pero esto no quiere decir que la victoria esta cerca pues este tipo de batallas es complejo y requiere mucho tiempo.

El Presidente Bashar al-Assad dijo que cualquier resultado político desprendido de la Conferencia Ginebra 2 sin que incluya la lucha contra el terrorismo, no tendría valor alguno.

El presidente al-Assad afirmó que lo lógico y lo que hablamos continuamente es que la Conferencia desprenda resultados claros sobe la lucha contra el terrorismo en Siria, especialmente que se ejerza presión sobre los países que exportan el terrorismo, mediante el envío de terroristas y el envío de dinero y armas a las organizaciones terroristas, en especial Arabia Saudita y Turquía, y claro está, los países occidentales que dan cobertura política a estas organizaciones.

El presidente al-Assad recalcó en que esa sería la decisión y el resultado más importante que podrían desprenderse de la prevista conferencia internacional sobre Siria, insistiendo en que cualquier resultado político no tendría valor sin la lucha contra el terrorismo, ya que no podría haber ninguna acción política mientras el terrorismo este en todas partes, no sólo en Siria, dijo, sino en los países vecinos también.

Y añadió que desde el punto de vista político, la Conferencia de Ginebra podría ser un catalizador en el proceso de diálogo entre los sirios, debe haber un proceso sirio, que tenga lugar en Siria, a lo que la conferencia de Ginebra podría contribuir pero no puede ser un sustituto de un proceso político entre los sirios y dentro de Siria.

Por otra parte, al-Assad dejó claro en la entrevista que si hay un deseo popular y una opinión publica general en Siria, no dudaría un segundo en presentar su candidatura para la presidencia, indicando que eso también depende de una voluntad o una decisión personal, y también de la opinión pública en Siria, añadiendo que para él no existe ninguna razón que le impida presentarse a este cargo, pero en cuanto a la opinión pública Siria todavía faltan cuatro meses para el anuncio de la fecha de las elecciones, mas subrayó que son más bien grandes las posibilidades de que presente su candidatura a la presidencia.

Al-Assad dijo que en Siria estamos librando una guerra para defender nuestro país, y no tenemos más opción que la victoria, añadiendo que esta guerra desatada contra Siria ha constado de dos etapas, la primera: pretender derrocar al Estado sirio en cuestión de semanas o meses, y dijo que podemos afirmar ahora al cabo de tres años que el pueblo sirio ha ganado esta etapa en la cual ciertos países pretendían derrocar al Estado y dividir a Siria en pequeños estados; y la segunda etapa de esta batalla es combatir el terrorismo, y esta batalla la vivimos hoy y no ha concluido todavía, por tanto no podemos hablar de triunfos antes de acabar con los terroristas, aunque podemos decir que estamos logrando avances y marchamos hacia adelante, pero esto no quiere decir que la victoria está cerca pues este tipo de batallas es complejo y requiere mucho tiempo, pero podemos decir ya que hemos logrado la victoria.

.

Syrian Arab News Agency ~ 20/01/2014

SyrianFreePress.net Patriotic Freelancers Network reloaded

.

.

Advertisements