Tags

, , , , , , , , , ,

Syrian Arab Army

(By Samer R. Zoughaib, AlahedNews, 26 January 2016)

L’Armée Arabe Syrienne et ses Alliés poursuivent leur inexorable progression sur les champs de bataille

A quelques jours des négociations de Genève pour trouver une issue politique à la crise en Syrie -dont la tenue reste tributaire de la composition d’une délégation représentative des diverses oppositions-, l’Armée arabe syrienne et ses alliés poursuivent leur inexorable progression sur le terrain. Dimanche, ils ont reconquis Rabiha, dernier bastion terroriste à Lattaquié, et poursuivent leur avancée vers al-Bab, à l’est d’Alep, ainsi qu’à Cheikh Meskin, à Daraa, au Sud.

A la faveur d’une offensive fulgurante menée à partir de deux fronts, l’Armée arabe syrienne (AAS) et les Forces de défensenationale (FDN) ont reconquis, dimanche, Rabiha, dernier bastion des groupes terroristes dans la province de Lattaquié. La ville était défendue par des extrémistes islamistes turkmènes et des combattants du «Front al-Nosra», la branche syrienne d’«Al-Qaïda», qui se sont rapidement effondrés devant les coups de l’armée syrienne, appuyée par des frappes de l’aviation russe. Les survivants se sont enfuis vers la Turquie voisine, avant qu’Ankara ne décide de fermer sa frontière.

Le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH, basé à Londres et proche de l’opposition), Rami Abdel Rahmane, a déclaré qu’en prenant Rabiha, l’Armée arabe syrienne a coupé les routes de ravitaillement des extrémistes de la frontière turque vers le nord de la Syrie.

L’Armée arabe syrienne et les troupes supplétives ont libéré, en deux jours, une zone de 120 kilomètres carrés dans le nord de Lattaquié. Le 2 janvier dernier, elles avaient repris la ville de Salma, considérée comme la «capitale de l’émirat» de cette province.

Avant le début de l’offensive syrienne à Lattaquié, début octobre 2015, les terroristes occupaient -depuis 2012, comme c’était le cas pour Rabiha et Salma- près de 20% de cette province. Aujourd’hui, Lattaquié est presqu’entièrement retournée dans le giron de l’Etat. La prochaine cible de l’armée syrienne et ses alliés est la localité de Kansaba, qui leur permettra de lancer la bataille de Jisf al-Choughour, verrou stratégique entre Idleb et Lattaquié, à la frontière avec la Turquie. Autre objectif, la localité de Kabeina, qui ouvrira la bataille de Sermaniyé, principal fief d’«al-Nosra» à Idleb.

La reprise de Lattaquié permettra aussi à l’armée de reprendre son offensive dans la plaine d’Al-Ghab, entre les provinces de Hama et d’Idleb, suspendue après quelques succès initiaux en octobre, afin de se concentrer sur Lattaquié, qui donnait aux troupes syriennes un avantage important.



L’étau se resserre autour d’Al-Bab

Parallèlement à la bataille de Lattaquié,  l’armée syrienne, appuyée par des unités de volontaires et l’aviation syrienne et russe, poursuit son offensive dans plusieurs provinces.

Les opérations se concentrent à l’est d’Alep, avec pour objectif de chasser définitivement les terroristes de Daech de cette région. Après avoir élargi la zone libérée autour de l’aéroport de Kweirès, les troupes syriennes se sont dirigées vers la ville d’Al-Bab, situé à 38 kilomètres à l’est d’Alep. Cette localité constitue l’un des plus importants bastions de Daech en Syrie, occupé depuis 2013 par l’organisation terroriste.

Ces deux derniers jours, l’Armée arabe syrienne a libéré les villages de Katar et Talla Hatabat, après de très violents combats avec Daech. Cette avancée lui permet de resserrer l’étau sur Al-Bab, où un vent de panique commence à souffler sur les partisans de l’organisation terroriste. Selon diverses sources, les hauts responsables du groupe «Etat islamique»  dans la ville ont commencé à évacuer leurs familles vers leur fief de Raqqa.

Au sud d’Alep, le front est relativement calme après des mois de combats, qui ont permis à l’armée de reprendre près de 90% de la campagne au sud de la deuxième ville de Syrie. L’armée termine les préparatifs pour reprendre son offensive dans le but de couper Alep de sa campagne à l’ouest, en prévision de l’encerclement total de la ville et de la prochaine reconquête des quartiers est, sous contrôle des terroristes. Les analystes s’attendent au début de la grande bataille d’Alep dans les semaines à venir.

Les experts pensent que l’Armée arabe syrienne est entrée, depuis le début des raids aériens russes, le 30 septembre 2015, dans une dynamique de reconquête qu’il sera difficile d’arrêter. Depuis le début de l’offensive, il y a trois mois et demi, l’AAS a libéré près de 240 villes, localités et villages, dans le Nord mais aussi autour de Damas et à Deraa, couvrant une superficie de 2000 kilomètres carrées.

Entre conquêtes et réconciliations

En plus des succès au nord, l’armée a libéré une quinzaine de villages au sud et à l’est de la ville de Hama, ainsi que plusieurs localités au nord de Homs. Dans la Ghouta orientale de Damas, elle a repris l’aéroport de Marj al-Sultan et son village. Toujours autour de la capitale, les processus de réconciliation se succèdent, permettant de pacifier de vastes zones. A Deraa l’armée a reconquis une grande partie de la ville stratégique de Cheikh Meskin. Dans la province de Quneitra, elle a repris plusieurs collines importantes, réduisant en cendre le projet d’instauration d’une ceinture de sécurité le long du Golan occupée, une zone qui serait contrôlée par les terroristes et protégée par les «Israéliens».

Plus à l’est, l’armée syrienne semble avoir réussi à stabiliser le front de Bagheiliyya, près de la ville de Deir Ezzor, après une très violente offensive de Daech, précédée de 30 attentats suicide. Cette attaque avait permis au groupe terroriste de prendre cette localité, où il a commis un horrible massacre tuant près de 300 personnes, dont une majorité de civils, tous sunnites, sous prétexte qu’ils sont des partisans de l’Etat syrien. Daech, qui a subi de lourdes pertes dans cette bataille, n’a pas réussi à transformer ce succès relatif en dynamique, qui lui aurait permis de poursuivre son avancée.

C’est donc dans des conditions clairement favorables que les négociations de Genève devraient commencer en fin de semaine, avec quelques jours de retard. Sauf si l’Arabie saoudite et la Turquie, sponsors régionaux des terroristes, préfèrent reporter le rendez-vous, en espérant des jours meilleurs sur le terrain. Mais plus le temps passe, plus la situation militaire de leurs agents sur le terrain et leur propre situation politique, se précarise.



SOURCES:
Samer R. Zoughaib, AlahedNews
Submitted by SyrianPatriots 
War Press Info Network at:
https://syrianfreepress.wordpress.com/2016/01/30/reconquete/
~
Re-publications are welcome, but we kindly ask you,
to facilitate the correct information's diffusion,
to cite all these original sources.

NOTE: The contents of the articles, speeches or comments on this page are of sole responsibility of their authors. The team and the editorial staff of SyrianFreePress do not necessarily subscribe every point of view expressed and are not responsible for any inaccurate, incorrect or offensive statement in this article. Complaints and corrections (verifiable) will be welcomed and accepted. Copyright owners can notify their claims to us, and the verified contents will be removed.

SCROLL DOWN TO READ OR LEAVE COMMENTS